Communiqué de presse de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Garant de la qualité des soins et de la sécurité des patients

Actualité de l'ordre

> Mardi 21 mars 2017 : Séminaire du Conseil national de l'Ordre

« Relations thérapeutiques, relations intimes, relations non consenties, comment respecter les droits du patient dans l’exercice de la masso-kinésithérapie ? »

Actualité de l'ordre

> France - Espagne

Une convention pour agir auprès des institutions européennes

Actualité de l'ordre

> Accords France Liban

Signature d'une convention entre les deux ordres pour promouvoir la coopération

Actualité de l'ordre

> Réunion des présidents des conseils régionaux de l’ordre

Les présidents des conseils régionaux et interrégionaux de l’ordre sont réunis ce mercredi 15 février au siège du Conseil national à Paris. Parmi les sujets à l’ordre du jour, citons les élections 2017 et un point d’information sur la rédaction et la publication des textes concernant la réforme territoriale ainsi qu’une présentation de l’ordonnance instaurant le principe d’un accès partiel à la profession.

Actualité de l'ordre

> Réunion du Conseil scientifique

Le Conseil scientifique de l’Ordre s’est réuni le vendredi 3 février en présence du Professeur Isabelle Richard, doyenne de la faculté de médecine d’Angers.

Mon ordre TV

Mon ordre TV

Chaîne YouTube de l'Ordre des Masseurs KinésithérapeutesChaîne Dailymotion de l'Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes

21/03/2017
Séminaire "Relations thérapeutiques, relations intimes, relations non consenties, comment respecter les droits du patient dans l’exercice de la masso-kinésithérapie ? " - Paris.

17/03/2017
Réunion Commission Formation.

16/03/2017
Séance du Haut Conseil des Professions Paramédicales au Ministère des Affaires sociales et de la Santé.

16/03/2017
Réunion du comité stratégique du Service Public d'Information en Santé (SPIS) au Ministère des Affaires sociales et de la santé.

16/03/2017
Réunion du Bureau.

Agenda

L'ordre dans les territoires

L'ordre dans
les territoires

Communiqué de presse de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes

6 janvier 2017

L’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes maintient le cap pour promouvoir la démarche scientifique dans l’exercice de la kinésithérapie

Dans un communiqué publié le 14 décembre 2016, la Fédération Française des Masseurs-Kinésithérapeutes Rééducateurs (FFMKR) a affirmé à « tous les masseurs-kinésithérapeutes » que « selon les normes scientifiques reconnues dans le monde, toutes les pratiques et les techniques qui n’ont pas été réfutées (invalidées par une épreuve scientifique), correspondent aux données actuelles de la science. »

Le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes, garant de la qualité des soins et de la sécurité des patients, rappelle que le fondement de l’exercice de la médecine sur la science est issu de l’arrêt Mercier (1936). Ce principe a été repris en des termes similaires dans la loi de santé de 2002 qui consacre la notion de « connaissances médicales avérées ». L’exercice de la kinésithérapie s’insère dans cette logique.

L’évidence scientifique se fonde sur l’existence de données de la littérature pour répondre aux questions posées et le niveau de preuve des études disponibles et la validité des résultats.

Popper, cité dans le communiqué de la FFMKR, fait très clairement la distinction entre corroboration et vérification. La corroboration est un concept introduit par l’épistémologue pour « exprimer le degré auquel une hypothèse a résisté à des tests sévères et a ainsi fait ses preuves »

Par ailleurs, pour Popper, la théorie doit quoi qu’il arrive se soumettre à l’épreuve d’une méthodologie rigoureuse d’évaluation pour savoir s’il y a compatibilité ou incompatibilité.

Popper précise en outre que « […] le simple fait qu’une théorie n’a pas encore été falsifiée ne peut évidemment être considéré comme suffisant. En effet, rien n’est plus facile que de construire un nombre quelconque de systèmes théoriques compatibles avec n’importe quel système donné d’énoncés de base acceptés. »

Notons enfin que la position du CNOMK est similaire à l’avis de la Haute Autorité de Santé, qui considère depuis 2010, qu’il est possible d’utiliser l’accord d’expert, en l’absence de données scientifiques disponibles.

Le Conseil national de l’ordre ne peut que rappeler à tous les kinésithérapeutes les règles du code de déontologie qui s’imposent à chacun :

Art. R. 4321-80.- Dès lors qu’il a accepté de répondre à une demande, le masseur- kinésithérapeute s’engage personnellement à assurer au patient des soins consciencieux, attentifs et fondés sur les données actuelles de la science.

Art. R. 4321-87. – Le masseur-kinésithérapeute ne peut conseiller et proposer au patient ou à son entourage, comme étant salutaire ou sans danger, un produit ou un procédé, illusoire ou insuffisamment éprouvé. Toute pratique de charlatanisme est interdite.

Vous trouverez, ci-après, la réponse exhaustive du conseil scientifique du Conseil national.

Documents

Réponse du conseil scientifique
06.01.2017 | 4590 Ko | PDF


Communiqué de Presse - L'Ordre maintient le cap
06.01.2017 | 130 Ko | PDF