Kinésithérapeutes : Covid19, que faire ?

Actualité des kinés.

Il est important que les professionnels de santé sachent réagir si un cas potentiel se déclare parmi leurs patients. Faisons le point afin d’adopter une attitude appropriée sans tomber dans la psychose.

COVID-2019, de quoi s’agit-il ?

Le Covid-19 fait partie de la famille des coronavirus qui sont une grande famille de virus provoquant des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des coronavirus) à des pathologies plus sévères comme le MERS ou le SRAS. Le virus identifié en Chine est un nouveau coronavirus. Il a été dénommé Covid-19.
A ce jour, aucun traitement spécifique n’a été identifié pour ce nouveau coronavirus. Plusieurs traitements, actuellement utilisés dans d’autres pathologies virales, sont en cours d’évaluation, en France et en lien avec l’OMS, pour être utilisés contre le Covid-19. Dans l’attente, le traitement est symptomatique.

Comment se transmet le virus ?

Les premiers cas recensés sont des personnes s’étant rendues directement sur le marché de Wuhan (fermé depuis le 1er janvier) : l’hypothèse d’une maladie transmise par les animaux est donc privilégiée. Compte tenu des nouveaux cas rapportés par les autorités sanitaires chinoises depuis le 19 janvier, la transmission interhumaine est aujourd’hui avérée.
La maladie se transmet par les postillons (éternuements, toux). On considère donc que les contacts étroits avec une personne malade sont nécessaires pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection.
Il n’y a aujourd’hui aucun élément en faveur d’une transmission par les fluides sexuels.

Dans quels cas doit-on suspecter une infection ?

Voici les 2 types de cas pour lesquels une infection au coronavirus 2019-nCoV sont possibles – dans l’état actuel des connaissances sur la maladie.

  1. Présence de symptômes du Covid-19  ET
    1. Voyage ou séjour récent dans une zone d’exposition à risque (à ce jour : Chine, Singapour, Corée du Sud, Italie ; Lombardie et Vénétie) dans les 14 jours précédant la date de début des signes cliniques
    2. Au cas par cas et après consultation de Santé publique France, une exposition avérée ou potentielle à un évènement de type cluster (chaîne de transmission de taille importante), documenté hors de ces zones d’exposition à risque, pourra aussi être considérée.
  2. Présence de symptômes dans les 14 jours suivants l’une des expositions suivantes :
    1. Un contact étroit (partage de domicile, relations intimes et flirt, amis intimes, collègues …) avec un cas confirmé d’infection au Covid-19
    2. Co-exposition, c’est à dire que la personne a été soumis aux mêmes risques d’exposition (c’est-à-dire un séjour / voyage dans une zone d’exposition à risque)  qu’un cas confirmé
    3. Travail ou séjour dans un hôpital dans lequel un cas d’infection au Covid-19 a été confirmé ;

 

Quelle est la conduite à tenir face à une suspicion de cas ?

Nous sommes aujourd’hui, en France,  dans un contexte de stratégie d’endiguement de la maladie : la priorité est de prendre en charge les patients et de protéger les soignants.
D’une manière générale, il est rappelé que la prise en charge en cabinet d’un patient présentant des signes respiratoires infectieux (en particulier d’une toux) doit s’accompagner de la mise en place d’un masque chirurgical chez le patient et de s’assurer de la désinfection des mains (solution hydroalcoolique).

Les autorités sanitaires françaises ont demandé aux professionnels de santé hors médecins prenant en charge un patient suspect d’infection par le Covid-19 de prendre immédiatement contact avec le SAMU-Centre 15 pour analyse et mise en place des premières mesures de prise en charge de ce patient. Il convient donc de ne pas l’orienter d’emblée vers les urgences afin d’éviter le contact avec d’autres patients, ni de l’envoyer vers son médecin traitant.

Dans tous les cas :

  • Le SAMU Centre 15 est chargé d’organiser le transport du patient vers un établissement de santé habilité pour le Covid-19.
  • Si le patient classé cas possible a séjourné dans une salle d’attente, il convient de recenser les personnes présentes afin d’évaluer le risque de contact en cas de confirmation de l’infection.

 

Comment vous protéger ?

Du côté des kinésithérapeutes, la possibilité d’une infection lors d’une séance n’est pas à exclure :

  • Ils sont donc tenus de respecter les mesures d’hygiène de base et de disposer d’un set de protection individuelle contenant :
    • Des masques chirurgicaux pour le patient «cas suspect»;
    • Un appareil de protection respiratoire (APR) du type FFP2 ;
    • De la solution hydro-alcoolique (SHA) pour désinfecter les mains avant et après le soin et dès le retrait des gants;
    • Des gants non stériles à usage unique ;
    • Des lunettes de protection en plus de l’APR FFP2 pendant un soin exposant, comme les soins respiratoires susceptibles de générer des aérosols;
    • Un thermomètre sans contact ou à usage unique pour la vérification de la température du patient ;
  • En cas de contact avec un patient porteur, le kinésithérapeute fera l’objet d’une évaluation en tant que sujet contact et bénéficiera en fonction de cette évaluation des mesures d’accompagnement personnalisé des sujets contacts.

 

Ressources utiles :

Organisations internationales :

Site de l’OMS: https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019
Site de l’European Center for Disease prevention and Control (ECDC) :
https://www.ecdc.europa.eu/en/novel-coronavirus-china  et leur cartographie:
https://www.ecdc.europa.eu/en/geographical-distribution-2019-ncov-cases

Un questions-réponses sur le COVID-19 actualisé régulièrement est disponible sur le site du Gouvernement

Site du Ministère des Solidarités et de la Santé :

Sites des agences sanitaires :

Sociétés savantes :
Mission COREB :
https://www.coreb.infectiologie.com/fr/alertes-infos/pneumopathies-liees-a-un-nouveau-coronavirus-a-wuhan-chine_-n.html

À voir aussi

Actualité des kinés.

Alerte sanitaire – Coronavirus 2019-nCOV

Dans le cadre de l’épidémie à nouveau coronavirus (2019-nCOV) sévissant actuellement en...

Lire la suite