Les kinésithérapeutes acteur de la prise en charge de la BPCO

Le 31 mai la Journée mondiale sans Tabac a pour thème : « Tabac et santé pulmonaire ». L’occasion d’un gros plan sur la Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) qui, selon l’OMS devrait devenir la 3ème cause de décès dans le monde en 2030.

Actualité des kinés.

En France, la BPCO intervient dans plus de 18 000 décès chaque année. Elle est méconnue et sous-diagnostiquée. En France, seule une personne sur cinq connait la maladie et parmi elles, moins d’un tiers cite le tabac comme en étant la principale cause. On estime en France que plus de 70 % des BPCO ne sont pas diagnostiquées, le diagnostic n’étant souvent porté qu’à un stade avancé de la maladie.

Le risque de BPCO concerne les fumeurs actuels ainsi que les anciens fumeurs. Il augmente avec la quantité de tabac fumé. Pour les patients qui fument, l’arrêt du tabac est essentiel. Il permet de ralentir l’évolution de la maladie. Les kinésithérapeutes peuvent aider les patients dans l’arrêt du tabac puisque, depuis le 27 janvier 2016 ils peuvent prescrire des substituts nicotiniques.

La kinésithérapie est un des traitements permettant de soulager les symptômes et de permettre d’améliorer la capacité à faire de l’exercice, améliorant ainsi la qualité de vie des patients.

Acteurs de la réhabilitation cardiorespiratoire et de la prise en charge les patients atteints de BPCO (Broncho pneumopathie chronique obstructive), les kinésithérapeutes sont en première ligne pour participer à l’aide au sevrage tabagique.