Les dossiers de la profession présentés au ministère des Solidarités et de la Santé

Actualité de l'ordre

Pascale Mathieu, présidente, et Jean-François Dumas, secrétaire général, ont successivement rencontré, les 19 et 20 décembre, au ministère des Solidarités et de la Santé, M. Albertone, sous-directeur de la Direction Générale de l’Offre de soins (DGOS) et le Pr. Salomon, directeur général de la Direction Générale de la santé (DGS).

Lors de ces rendez-vous, ils ont repris un à un avec les responsables de ces deux directions du ministère les dossiers importants demeurés en suspens et qui nécessitent des réponses claires ou des arbitrages.

A la Direction Générale de l’Offre de Soins, les représentants de l’Ordre sont revenus plus spécifiquement sur la situation de la kinésithérapie salariée. Les questions de la pratique des étudiants dans le cadre de l’apprentissage, des équivalences de diplômes avec le Québec ou encore du contrôle des qualifications des praticiens titulaires d’un diplôme européen ont également été abordés. Le dossier chiropraxie, qui a provoqué un énorme mécontentement de la profession et a conduit à manifester en juillet a bien sûr été largement abordé. Le ministère  s’est engagé  conformément au courrier envoyé à la présidente à reprendre certains éléments du texte litigieux, qui a fait l’objet d’un recours de l’Ordre devant le Conseil d’État.

A la Direction Générale de la Santé, les échanges ont porté sur la vaccination par les kinésithérapeutes, l’hypnose,  le rôle des kinésithérapeutes dans les parcours de soins et surtout la prévention. L’Ordre a rappelé le rôle d’évaluation par le bilan, d’orientation et éventuellement de mise en œuvre d’activité physique adaptée par le kinésithérapeute.

Selon les termes de la présidente de l’Ordre, les interlocuteurs successifs ont fait montre d’une « écoute attentive et bienveillante » et d’une « réelle prise de conscience des difficultés de la profession. »