Coronavirus 2019-nCov : vraies recommandations et fake news

Face à l’épidémie de coronavirus 2019-nCOV qui sévit actuellement et compte 6 cas en France au 31 janvier 2020, il s’agit de réagir avec discernement et calme, comme devant toute épidémie comparable et de prendre les précautions nécessaires sans céder à la panique et aux fake news.

Qu’est ce que le coronavirus 2019-nCov ?

Les coronavirus sont une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des coronavirus) à des pathologies plus sévères comme le MERS ou le SRAS. Le virus identifié en Chine est un nouveau coronavirus. Il a été dénommé 2019-nCoV.

Comment se transmet-il ?

En ce qui concerne la transmission entre humains, il est probable que ce coronavirus soit similaire à celui des autres coronavirus humains, qui sont généralement transmis lors de contacts étroits après l’inhalation de gouttelettes infectieuses émises lors d’éternuements ou de toux par le patient ou après un contact avec des surfaces fraîchement contaminées par ces secrétions.
Il y a contact étroit pour une personne ayant partagé le même lieu de vie que la personne malade lorsque celle-ci présentait des symptômes (famille, même chambre d’hôpital ou d’internat) ou ayant eu un contact direct, en face à face, à moins de 1 mètre de la personne malade au moment d’une toux, d’un éternuement ou lors d’une discussion en l’absence de mesures de protection efficaces.
Il n’y a aujourd’hui aucun élément en faveur d’une transmission par les fluides sexuels.

Les coronavirus survivent jusqu’à 3 heures dans le milieu extérieur, sur des surfaces inertes sèches. En milieu aqueux, ces virus peuvent survivre plusieurs jours.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes du coronavirus 2019-nCoV ressemblent à ceux de la grippe : fièvre au dessus de 38°C, fatigue, douleurs musculaire, toux, douleurs thoraciques…
Certains cas présentent également des difficultés respiratoires et des anomalies pulmonaires.
D’une manière générale pour les infections à coronavirus, dans les cas plus sévères, le patient peut être victime d’un syndrome de détresse respiratoire aigu, d’une insuffisance rénale aiguë, voire d’une défaillance multiviscérale.
Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes présentant des pathologies chroniques présentent un risque plus élevé.
Notons que c’est également le cas de la grippe saisonnière, une maladie jugée souvent bénigne qui avait pourtant causé 2 850 décès au cours de l’hiver 2018-2019 et près de 14 000 l’année précédente.

Quand peut-on suspecter d’être atteint ?

Du fait de la similarité des symptômes avec ceux de la grippe saisonnière, il convient de ne pas vous alarmer dès lors que vous êtes fébrile ou que vous toussez.
Voici les cas où une contamination est possible :

  1. Vous présentez les symptômes du coronovirus ET vous avez voyagé ou séjourné dans la province de Hubei en Chine dans les 14 jours précédant la date de début des signes cliniques.
  2. Vous présentez des symptômes dans les 14 jours suivant l’une des expositions suivantes :
    1. Un contact étroit (partage de domicile, relations intimes et flirt, amis intimes, collègues …) avec un cas confirmé d’infection au 2019-nCoV, pendant que ce dernier était symptomatique ;
    2. Vous avez été co-exposé, c’est à dire que vous avez été soumis aux mêmes risques d’exposition (c’est-à-dire un séjour / voyage dans la province de Hubei, Chine) qu’un cas confirmé
    3. Vous avez travaillé ou séjourné dans un hôpital dans lequel un cas d’infection au 2019-nCoV a été confirmé ;
    4. Vous avez visité ou travaillé dans un marché d’animaux vivants à Wuhan, en Chine.

Ce n’est que quand ces conditions sont réunies qu’une infection au coronavirus est possible.

Que faire si on pense avoir le coronavirus ?

Si les conditions énoncées plus haut sont réunies, vous devez :

  • Contactez le 15. Ne vous rendez pas directement aux urgences ou chez votre médecin. Le SAMU se mettra alors en lien avec l’infectiologue le plus proche. A l’issue d’un questionnaire, votre cas sera classé en possible ou exclu. S’il est un cas possible, vous serez alors pris en charge et isolé dans un service d’infectiologie où un bilan biologique sera effectué afin de confirmer ou non l’infection. Si une infection à coronavirus est exclue, vous serez pris en charge par son médecin traitant, comme habituellement ;
  • Porter un masque dès l’apparition des premiers symptômes.

Si vous n’avez pas de symptômes mais que vous avez été exposé, vous devez :

  • effectuer un suivi durant 14 jours après le dernier contact avec le cas confirmé ;
  • prendre votre température 2 fois par jour, tous les jours ;
  • porter un masque chirurgical en cas d’apparition des premiers symptômes de fièvre ou de signes respiratoires ;
  • appeler le 15 en cas de symptômes, en évitant de se rendre directement chez un médecin ou dans un service d’accueil des urgences.

Comment se protéger du coronavirus 2019-nCov ?

A ce stade, il n’y a pas de recommandations particulières pour la population.
Comme pour l’épisode actuel de grippe saisonnière, les mesures barrières (utiliser des mouchoirs à usage unique, se laver régulièrement les mains…) sont efficaces.
Le port de ce type de masque par la population non malade afin d’éviter d’attraper la maladie n’est pas recommandé et son efficacité n’est pas démontrée.

Fake news et rumeurs autour du coronavirus 2019-nCov

Voici un petit tour d’horizon des fake news qui circulent autour du coronavirus. Leur point commun ? N’avoir aucune base scientifique ou médicale et n’être absolument pas vraies :

  • On peut être contaminé par un colis venant de Chine : FAUX 

Le coronavirus contamine par transmission aérosol et ne survit que quelques heures en milieu extérieur, le risque de l’attraper par un colis reçu de Chine est quasi nul.

  • Les masques chirurgicaux permettent de se protéger : FAUX 

Si vous n’êtes pas malade et que vous ne revenez pas de Chine, pas la peine de porter un masque pour se protéger. Par contre, dans ce contexte, si vous êtes malade il est recommandé de porter un masque pour protéger autrui, idem si vous revenez de Chine.

  • Un brevet lié au coronavirus a été déposé en 2003 : FAUX 

Le coronavirus 2019-nCoV n’a pas été créé par les Américains ni « créé » tout court, cette nouvelle souche a émergé fin décembre 2019 après une probable mutation au sein de chauve-souris et/ou de serpents. Aucun vaccin n’a encore été trouvé mais la recherche avance.

  • Une vague de froid tuerait le virus : FAUX

Les virus sont très résistants et le froid ne permet pas de les tuer. En revanche, le froid peut « ralentir » le virus, qui se développe alors moins vite. Les antibiotiques n’ont pas d’effet sur les virus. Il n’existe pas non plus de vaccin.

  • Les Chinois mangent des chauves-souris et c’est cela qui a provoqué l’épidémie : FAUX

Certaines des fausses informations entretiennent les préjugés liés aux habitudes alimentaires en Chine ou les stéréotypes racistes. Si le nouveau virus est précisément soupçonné de provenir d’une espèce de chauves-souris, comme son proche cousin le Sras, la soupe de chauve souris qui a été incriminé par les internautes suite à la diffusion d’une vidéo ne saurait être responsable d’une infection : la viande est cuite et les virus sont détruits.

  • Il existe une solution saline qui permet de se prémunir du coronavirus : FAUX

De nombreuses publications sur Twitter, Facebook et le réseau social chinois Weibo, partagées depuis le 20 janvier, prétendent qu’un spécialiste chinois en médecine respiratoire a conseillé aux personnes de se rincer la bouche avec des solutions salines afin d’éviter l’infection par un nouveau virus.  Or, le coronavirus contamine le système respiratoire, qui ne peut pas être nettoyé en se rinçant la bouche

 

Ressources utiles :

Organisations internationales :

Site de l’OMS: https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019

Site de !’European Center for Disease prevention and Control (ECDC) :

https://www.ecdc.europa.eu/en/novel-coronavirus-china  et leur cartographie:

https://www.ecdc.europa.eu/en/geographical-distribution-2019-ncov-cases

Site du Ministère des Solidarités et de la Santé :

  • Information pour les voyageurs

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/article/coronavirus-informations-pour-les-voyageurs

  • Questions-Réponses :

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/coronavirus-questions-reponses

Sites des agences sanitaires :

  • Santé Publique France :

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/articles/cas-de-pneumonies-associees-a-un-nouveau-coronavirus-2019-ncov-a-wuhan-en-chine

Sociétés savantes :

Mission COREB :

https://www.coreb.infectiologie.com/fr/alertes-infos/pneumopathies-liees-a-un-nouveau-coronavirus-a-wuhan-chine_-n.html l