Prise en charge ambulatoire des patients atteints de maladies respiratoires chroniques sévères

La HAS publie une fiche « réponses rapides » sur la prise en charge ambulatoire des patients atteints de maladies respiratoires chroniques sévères

L’essentiel

  • Réponse rapide n°1 : Les patients atteints de maladies respiratoires chroniques sévères sont à risque de développer une forme sévère de COVID-19.
  • Réponse rapide n°2 : Pour diminuer le risque de contamination, les patients ayant une maladie respiratoire chronique sévère et leurs aidants doivent utiliser les mesures barrière avec une attention toute particulière.
  • Réponse rapide n°3 : Le médecin traitant ou l’équipe de soins accompagne le patient dans la décision partagée sur les modalités de levée du confinement et d’adaptation de son mode de vie. Dans ce cadre, pour les patients les plus sévères c’est-à-dire ceux dont l’état de santé nécessite une supplémentation en oxygène, il est conseillé d’adapter la levée du confinement, sans pour autant restreindre leur accès aux soins dont ils ont besoin.
  • Réponse rapide n°4 : Il faut maintenir les consultations de suivi, privilégier la téléconsultation pour :
    • rechercher l’existence d’exacerbations, la fatigue, la fièvre (prise de température 2 fois par jour);
    • vérifier l’observance du traitement (incluant comment le médicament est pris et la posologie), la technique d’inhalation et particulièrement l’adhésion au traitement par corticothérapie inhalée (asthme, certaines BPCO) ou par corticothérapie orale au long cours (asthme sévère, certaines pneumonies infiltrantes diffuses) ;
    • s’assurer du maintien du support respiratoire éventuel qu’il s’agisse d’une ventilation non invasive (VNI) au long cours ou d’une oxygénothérapie longue durée ;
    • s’assurer du maintien du soutien à domicile éventuel, sanitaire (kinésithérapie, soins d’une IDE), social (auxiliaire de vie) et familial (aidants).
  • Réponse rapide n°5 : Il faut rappeler au patient la conduite à tenir en cas d’exacerbation de la maladie (en se référant au plan d’action personnalisé : savoir quand appeler son médecin généraliste, ajuster son traitement, augmenter le recours au masseur-kinésithérapeute).
  • Réponse rapide n°6 : Il faut s’assurer du contrôle des facteurs de risque et des comorbidités :
    • le maintien du sevrage tabagique ;
    • la poursuite d’une activité physique minimale au domicile ;
    • l’équilibre autant que possible et la régularité de l’alimentation ;
    • la gestion du stress par le patient en période épidémique, en lien avec le médecin traitant et si nécessaire le pneumologue en cas d’utilisation de médicaments dépresseurs respiratoires (en particulier benzodiazépines) ;
    • le contrôle d’une maladie cardio-vasculaire associée.
  • Réponse rapide n°7 : Une consultation en présentiel par le médecin généraliste est nécessaire en cas d’exacerbation de la maladie respiratoire avec augmentation des symptômes.
  • Réponse rapide n°8 :  Il n’existe pas de particularité clinique pour le COVID-19 chez ces malades mais l’aggravation de l’état respiratoire en particulier de la dyspnée et/ou de la toux dans un contexte fébrile doit faire suspecter un COVID-19.
  • Réponse rapide n°9 : Chez ces patients fragiles et suspects de COVID-19, les critères d’hospitalisation sont définis dans le schéma ci-dessous.

 

Contexte

La France est entrée le 14 mars 2020 en stade 3 de l’épidémie à coronavirus SARS-Cov-2 (2019-nCoV). Dans une lettre du 27/03/2020 la DGS a saisi la HAS en vue d’élaborer des préconisations sur les spécificités des maladies chroniques dont la suspension de la prise en charge, dans le contexte du confinement et de sa prolongation, représente un risque pour les patients.

Dans ce contexte épidémique, les personnes atteintes de maladies chroniques sont plus à risque d’aggravation / de déstabilisation de leur maladie chronique en cas de moindre surveillance. Le risque de rupture de la prise en charge des patients fragiles est réel. (Cf Réponse rapide-Infection COVID-19 Assurer la continuité de la prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques somatiques pendant la période de confinement en ville).

Parmi les personnes atteintes de maladies chroniques, certaines, dont celles présentant une maladie respiratoire chronique sévère sont plus exposées à des forme graves d’infection COVID-19 (HSCP, 2020, tableau 1).

Les présentes préconisations portent sur les maladies respiratoires chroniques sévères (BPCO, asthme, autres).

Ces réponses rapides, élaborées sur la base des connaissances disponibles à la date de leur publication, sont susceptibles d’évoluer en fonction de nouvelles données