Situation dramatique de l’exercice salarié

L’Ordre réaffirme son soutien aux praticiens

Une délégation de cadres kinésithérapeutes de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été reçue au siège du conseil national par Pascale Mathieu, présidente, Jacques Vaillant, vice-président, Jean-François Dumas, secrétaire général et Françoise Bizouard, conseillère nationale, membre de la commission exercice, suite à un courrier d’alerte signé par 47 cadres.

Les kinésithérapeutes ont présenté un état des lieux dramatique et inquiétant de la situation de la kinésithérapie hospitalière à l’AP-HP.

Les rémunérations, en décalage total avec le niveau de formation des kinésithérapeutes, ne permettent pas de recruter et surtout de conserver des praticiens.

Les cadres ont pointé les freins : impossibilité de faire des heures supplémentaires permettant de pallier des rémunérations trop basses, impossibilité d’accéder aux plateaux techniques pour un exercice mixte, remaniement de services écartant les kinésithérapeutes de leur cœur de métier au profit d’autres acteurs, impossibilité d’encadrer les étudiants, difficultés pour accéder à des formations, difficultés pour accéder aux programmes de recherche.

Pourtant soulignent-ils, l’exercice hospitalier est passionnant, et certains déplorent d’être obligés de partir pour des raisons économiques.

Des actions conjointes sont envisagées pour alerter une fois encore le gouvernement avec des cas concrets montrant la perte de chance que subissent certains patients faute de soins de kinésithérapie.

Le conseil national va continuer, comme il le fait depuis longtemps déjà, à porter ce dossier auprès du gouvernement pour qu’il prenne en compte les demandes légitimes de la profession.