Covid-19 : les élus du Conseil national poursuivent leurs actions auprès des pouvoirs publics

Actualité de l'ordre
  1. La nécessité de revaloriser la kinésithérapie en établissements

Pascale Mathieu, présidente du Conseil national de l’ordre, a alerté largement les pouvoirs publics quant à la dramatique pénurie de kinésithérapeutes en établissements de santé et aux conséquences significatives que cette situation aurait sur la prise en charge des patients atteints de COVID-19 admis dans les services de réanimation.

Un courrier a été adressé au ministre des solidarités et de la santé, M. Olivier VERAN, afin de lui rappeler que les patients ayant subi une ventilation mécanique prolongée avec administration de curare nécessiteraient une rééducation suite aux neuro-myopathies acquises en réanimation.

 

Le Conseil national et sa présidente ont également alerté les parlementaires de ce besoin urgent et massif pour davantage de kinésithérapie en établissements de soins. Certains députés membres de la mission d’information sur l’épidémie de Covid-19 de l’Assemblée nationale, en particulier les commissaires aux affaires sociales et les présidents de groupes, ont été sensibilisés à cette problématique. Dans la même logique, les sénateurs de la commission des affaires sociales du Sénat ont été alertés. Certains ont interpellé le Gouvernement par des courriers ou des questions écrites.

Enfin, Pascale Mathieu a également pu longuement évoquer la situation de la profession et de son engagement dans la crise sanitaire avec le cabinet du président de l’Assemblée nationale, M. Richard FERRAND. Elle a notamment rappelé que certaines problématiques n’étaient pas récentes dont le manque de kinésithérapeutes salariés sur lequel l’Ordre alerte depuis une décennie.

  1. Le fonds de solidarité

A la suite des courriers de Pascale Mathieu, des relais efficaces des élus de l’Ordre sur les territoires aussi bien du conseil national que des conseils départementaux ou régionaux ont permis d’alerter de nombreux parlementaires. Pour l’heure, une quinzaine de questions écrites ou orales ont été adressées au Gouvernement et des sollicitations directement relayés auprès des ministres concernés.

 

  1. La mobilisation des étudiants kinésithérapeutes en réserve sanitaire

Pascale Mathieu, présidente du Conseil national de l’ordre, a donné son accord afin que les étudiants en 5ème année d’étude en kinésithérapie engagés au titre de la réserve sanitaire au sein de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris puissent bénéficier d’une rémunération sur la base du salaire d’un masseur-kinésithérapeute, classe normale, 1er échelon.

  1. Le télésoin

Les élus du Conseil national de l’ordre poursuivent leur mobilisation afin que le télésoin prévu par la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé (et plus précisément son article 53) soit rendu effectif pour la profession et puisse bénéficier aux patients en ces temps de crise sanitaire. Des actions sont en cours en lien avec les syndicats et organisations représentatives de la profession afin qu’une solution rapide soit apportée et permette la mise en œuvre de cette disposition de santé publique.

À voir aussi

Actualité des kinés.

Covid-19 : les élus du Conseil national interpellent les pouvoirs publics

Les élus du Conseil national de l’ordre interpellent les pouvoirs publics : il est urgent de...

Lire la suite