Covid-19 : questions fréquentes des patients

Pourquoi les cabinets des kinés sont fermés ?

Suite à l’annonce du confinement par le Président de la République le 16 mars 2020 et face aux chiffres énormes de la propagation du coronavirus, les membres du Conseil National du Conseil de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes ont considéré que faire venir les patients au cabinet multipliait les risques de contagion. En effet, il est extrêmement difficile de s’assurer d’une désinfection parfaite des surfaces.

Il est apparu que ce n’était pas responsable de laisser les cabinets de ville ouverts.

C’est la raison pour laquelle le Conseil national de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes a demandé aux kinésithérapeutes de fermer leurs cabinets à compter de mardi 17 mars 2020 12 heures.

En somme, l’objectif est double : vous protéger et protéger les masseurs-kinésithérapeutes tout en contribuant à limiter la propagation du SARS-CoV-2.

Et si les soins que je dois recevoir me sont vitaux ou permettent de m’éviter d’être hospitalisé ?

Si vous souffrez d’une pathologie chronique nécessitant des soins en kinésithérapie de manière ininterrompue, rassurez-vous : ceux-ci vous seront prodigués à domicile.

En effet, l’Ordre a demandé aux kinésithérapeutes de tout mettre en œuvre pour éviter les hospitalisations des plus fragiles en prenant en charge à leur domicile les patients vulnérables pour lesquels l’arrêt des soins risquerait d’entraîner une aggravation majeure, notamment ceux atteints de pathologies chroniques nécessitant de la kinésithérapie de désencombrement (par exemple mucoviscidose, dyskinésies ciliaires primitives, BPCO…) ainsi que les patients polyhandicapés et les personnes âgées dépendantes.

Durant ces soins à domicile, veillez à respecter également les mesures barrières : lavage des mains (eau et savon ou gel hydro-alcoolique) entre chaque patient. Ne soyez pas surpris de voir votre kinésithérapeute porter un masque chirurgical : il le fait pour vous protéger et se protéger.

Que faire en attendant la réouverture des cabinets ?

En attendant la réouverture du cabinet de votre kinésithérapeute et afin de limiter les douleurs et d’éviter une aggravation :

  • Bougez. Il faut s’imposer des temps où l’on bouge, où l’on fait ses exercices » – et cela vaut aussi le coup pour tout le monde afin de prévenir les troubles musculo-squelettiques. Veillez à suivre à la lettre les conseils de votre kinésithérapeute et à l’appeler si vous avez besoin d’aide.
  • Respectez absolument les doses prescrites d’anti-douleur et évitez les anti-inflammatoires si vous avez des symptômes évocateurs du COVID-19 (fièvre, une fatigue importante, toux sèche et/ou des difficultés à respirer).
  • Si votre état se dégrade, sollicitez votre médecin traitant par téléphone ou une plateforme de téléconsultation.
  • Appelez le 15 seulement en cas d’urgence, comme par exemple si vos douleurs lombaires s’accompagnent d’une perte de sensibilité, d’une jambe « qui lâche », d’une incontinence urinaire et fécale pouvant signifier un « syndrome de la queue de cheval » qui constitue une urgence à prendre en charge rapidement.

En cette période de confinement, votre kinésithérapeute restera néanmoins à l’écoute pour vous aider et vous conseiller. Même si le cabinet est fermé, les kinés sont invités à prendre en charge les appels téléphoniques et sont tenus d’expliquer le bon sens du confinement et les mesures barrières. et de proposer des exercices à ceux qu’ils ne peuvent pas recevoir,

Est-ce que mon kiné va continuer à venir pour les séances à domicile ?

Si votre état l’exige et afin d’éviter toute aggravation de votre état, votre kinésithérapeute continuera de venir à votre domicile dans le respect strict des règles d’hygiène.

Pouvez-vous me donner des conseils de rééducation en ligne via la page Facebook “Mon kiné et moi”?

La page “Mon kiné et moi” n’est pas destinée à donner des conseils personnalisés. Chaque individu est unique et votre rééducation est toujours adaptée à votre état, à vos besoins et à vos objectifs. Nous ne saurions que vous orienter vers votre kinésithérapeute.