4ème vague : les kinésithérapeutes acteurs de la lutte contre le Covid-19

Face à la 4ème vague épidémique, les kinésithérapeutes peuvent efficacement contribuer à la lutte contre le virus en se faisant vacciner et en participant aux campagnes de vaccination et de dépistage.

(Mis à jour le 10 août 2021)

Actualité des kinés.

La situation épidémique en France s’est largement détériorée ces dernières semaines avec désormais des chiffres qui dépassent largement les seuils de vigilance. Face à ce qui est une quatrième vague, il est de notre devoir de professionnels de santé soignants de contribuer à la lutte contre le Covid-19.
Nous disposons aujourd’hui d’outils efficaces : la vaccination, mais également les tests qui permettent aux personnes atteintes de s’isoler afin d’éviter de créer des chaînes de contamination.

La vaccination sera obligatoire pour tous les kinésithérapeutes à partir du 15 septembre 2021.
Nous vous invitons, si ce n’est déjà fait, à prendre rendez-vous pour vous faire vacciner. 

Outre la vaccination individuelle, vous pouvez contribuer à la lutte contre l’épidémie en tant que professionnel de santé en participant à la campagne de vaccination et de dépistage du Covid-19.

Compte tenu des besoins humains qu’il sera nécessaire de mobiliser dans les semaines à venir, votre aide – sur la base du volontariat, mais rémunérée, sera précieuse.

Contribuez à la campagne de vaccination

Le 21 juillet, afin de permettre la vaccination de tous les Français qui souhaitent y avoir accès, le Premier ministre a annoncé l’ouverture de cinq millions de rendez-vous « dans les 15 jours ». A l’évidence, les centres de vaccination vont avoir besoin de renfort très rapidement.

À ce jour, les kinésithérapeutes ainsi que les étudiants en kinésithérapie ayant validé leur premier cycle d’études peuvent administrer les vaccins contre le Covid-19 sous la responsabilité d’un médecin pouvant intervenir à tout moment et à condition qu’ils aient suivi une formation spécifique à la réalisation de cet acte, dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins. Les étudiants, recrutés par les établissements de santé pour faire face à un accroissement d’activité, peuvent également être mis à disposition d’un centre de vaccination par ces établissements de santé.

Afin de vous former, vous pouvez contacter un centre de vaccination proche de chez vous. Vous pouvez également suivre une formation à distance et en présentiel, par exemple via le site www.tap-ehesp.fr . Il vous suffira alors de créer un compte et de suivre la formation.
Vous bénéficierez, à l’issue de celle-ci, d’un justificatif permettant de rejoindre un centre de vaccination.

La participation à la campagne vaccinale contre le Covid-19 effectuée dans un cadre collectif et en dehors des conditions habituelles d’exercice, ou en dehors de l’obligation de service, peut être valorisée forfaitairement comme suit :

  • pour les masseurs-kinésithérapeutes libéraux ou exerçant en centre de santé : 160 euros par demi-journée d’activité d’une durée minimale de quatre heures et 180 euros par demi-journée d’activité effectuée le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. En cas d’intervention inférieure à quatre heures, le forfait est égal à 40 euros par heure ou 45 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés ;
  • pour les masseurs-kinésithérapeutes retraités, salariés ou agents publics, pour chaque heure d’activité : 20 euros entre 8 heures et 20 heures, 32 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 40 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés.
  • pour les étudiants en kinésithérapie : 12 euros entre 8 heures et 20 heures, 18 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 24 euros entre 23 heures et 6 heures, ainsi que le dimanche et les jours fériés.

Participez à la campagne de dépistage

En raison de la hausse des cas ainsi que de la mise en place du pass sanitaire, les besoins en tests vont croissant – et ce sera vraisemblablement encore davantage le cas dans les zones touristiques.
Les kinésithérapeutes sont habilités à effectuer les tests RT-PCR et les tests antigéniques. La formation aux prélèvements nasopharyngés est obligatoire. Elle peut se faire soit par un professionnel de santé lui-même formé et habilité, soit en suivant une formation en présentiel et/ou en ligne. Dans tous les cas, la formation et l’habilitation doivent se faire conformément aux recommandations de la Société Française de Microbiologie.

À noter : depuis le 8 juillet 2021, des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) antigéniques nasopharyngés pour la détection du SARS-Cov 2 peuvent être réalisés par des kinésithérapeutes dans le cadre de l’accès aux établissements, lieux et évènements qui prescrivent les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire, dans le cadre d’opérations de dépistage individuel organisées au sein de populations ciblées.
Il s’agit des :

  • établissements pour les activités culturelles, sportives, ludiques ou festives et les foires ou salons professionnels qu’ils accueillent soit les salles d’auditions ;
  • de conférences, de réunions, de spectacles ou à usages multiples, les chapiteaux, tentes et structures, relevant du type CTS ;
  • les salles de jeux, relevant du type P ;
  • les établissements à vocation commerciale destinés à des expositions, des foires-expositions ou des salons ayant un caractère temporaire, relevant du type T ;
  • les établissements de plein air autres que les parcs zoologiques, d’attractions et à thème ;
  • les établissements sportifs couverts, relevant du type X ; les établissements de culte, relevant du type V).

Cotation des tests de dépistage :

  • Pour les tests RT-PCR : La cotation fait l’objet d’un AMK 4,54 pour un prélèvement réalisé en laboratoire ou en cabinet. AMK 6,15 pour un prélèvement réalisé à domicile.
  • Pour les tests antigéniques : À compter du 1er juin 2021, les tarifs de réalisation des tests antigéniques évoluent et les cotations sont les suivantes :
    • lorsque le test est réalisé au cabinet médical : AMK 8,8 ;
    • lorsque le test est réalisé au domicile du patient : AMK 10,9 (ou AMK 8,8 pour 3 patients ou plus, dès le premier prélèvement) ;
    • lorsque le test est réalisé dans le cadre d’un dépistage collectif en établissement ou service social ou médico-social (ESMS) ou centre spécialisé Covid-19 : AMK 7,1.

Il vous est également possible de participer à la supervision des autotests. Conformément à l’arrêté du 7 août 2021 modifiant l’arrêté du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire dans le cadre de l’accès aux établissements, lieux, services et évènements mentionnés au II de l’article 47-1 du décret n°2021-699 du 1er juin 2021 prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de sortie de crise sanitaire, les autotests de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 sur prélèvement nasal peuvent être utilisés dans le cadre d’opérations de dépistage. L’utilisation de l’autotest est, dans ce cas, réalisée sous la supervision d’un professionnel de santé qu’est le masseur-kinésithérapeute.

Ainsi, les obligations relatives à la supervision des autotests sont a minima les suivantes :

  • Accueil des personnes faisant l’objet du dépistage par autotests :
    • vérifier, avant la réalisation du test, que la personne répond aux critères d’éligibilité et qu’elle est informée des avantages et des limites du test ;
    • lui remettre un document sur la conduite à tenir en cas de résultat positif ou négatif
    • l’informer de l’enregistrement de son résultat dans le système « SI-DEP » ;
    • recueillir son consentement libre et éclairé.
  • Locaux et matériel :
    • locaux adaptés pour assurer la réalisation de l’autotest ;
    • équipements adaptés permettant d’asseoir la personne pour la réalisation de l’autotest ;
    • existence d’un point d’eau pour le lavage des mains ou de solution hydro-alcoolique ;
    • matériel et consommables permettant la protection de la personne distribuant et supervisant les autotests de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 sur prélèvement nasal et la désinfection des surfaces en respectant la norme de virucide 14476 ;
    • matériel permettant de conserver les autotests dans les conditions prévues par la notice du fabricant ;
    • matériel information nécessaire à la saisie des résultats dans SIDEP.

En cas de résultat positif, il doit être confirmé par un examen de détection du génome du SARS-CoV-2 par RT PCR. Les tests positifs doivent ensuite être placés sous double emballage et stockés pendant 24 heures avant leur élimination par la filière des ordures ménagères ou immédiatement si une poubelle spécifique pour les déchets d’activité de soins à risques infectieux est disponible.

Les tests négatifs placés sous double emballage sont évacués dans les ordures ménagères.

En cas d’évènement indésirable, le professionnel de santé en informe l’agence régionale de santé et procède à une déclaration sur le portail de signalements des effets indésirables au besoin. Il en informe également la personne testée par tout moyen.

La supervision par un masseur-kinésithérapeute d’un lieu de réalisation d’autotests de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 sur prélèvement nasal dans le cadre d’une opération de dépistage itératif à large échelle organisées au sein de populations ciblées âgées de plus de 15 ans est valorisée forfaitairement comme suit :

  • Pour les masseurs-kinésithérapeutes libéraux ou exerçant en centre de santé : 160 euros par demi-journée d’activité d’une durée minimale de quatre heures et 180 euros par demi-journée d’activité effectuée le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés. En cas d’intervention inférieure à quatre heures, le forfait est égal à 40 euros par heure ou 45 euros le samedi après-midi, le dimanche et les jours fériés ;
  • Pour les masseurs-kinésithérapeutes qui sont retraités, salariés ou agents publics, pour chaque heure d’activité : 20 euros entre 8 heures et 20 heures, 32 euros entre 20 heures et 23 heures et entre 6 heures et 8 heures, et 40 euros entre 23 heures et 6 heures ainsi que le dimanche et les jours fériés.

Il est à noter la forte différence inacceptable des indemnisations versées aux professionnels de santé supervisant et réalisant des autotests de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 sur prélèvement nasal. Le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes a donc contacté le cabinet de monsieur Olivier Véran à ce propos et en a alerté les syndicats.

À consulter également, nos articles :

Ces articles seront mis à jour au fur et à mesure de l’évolution des mesures sanitaires.