Covid-19 : quand pourrez-vous vous faire vacciner ?

Des priorités ont été définies en fonction de certains critères d’âge, profession et état de santé. Quand pouvez-vous espérer vous faire vacciner ?

Actualité des kinés.

La vaccination contre le coronavirus Sars-Cov-2 ne sera pas obligatoire en France et tout le processus sera documenté et transparent.

Dans la mesure où il n’est pas possible de vacciner la totalité de la population en même temps (la production des laboratoires et la distribution font qu’il n’y a pas à ce jour de doses pour tout le monde), des priorités ont été définies en fonction de certains critères d’âge, profession et état de santé.

Quand pouvez-vous espérer vous faire vacciner ?

 

Janvier 2021 Février-avril 2021 Mai-juin 2021
Soignants de + de 50 ans et/ou avec comorbidités V V V
Personnes âgées en EHPAD V V V
Personnes de + de 75 ans vivant à domicile V V V
Personnes à haut risque de développer une forme grave V V V
Professionnels de santé (moins de 50 ans, sans comorbidités) V V
Personnes de + de 65 ans résidant à domicile V V
Personnes à risque de développer une forme grave V V
Personnes de – de 65 ans sans facteur de risque V

Nous détaillons ici les derniers éléments de la stratégie de vaccination en France, au 15 janvier 2021.

  • Sur tout le mois de janvier  : soignants de + de 50 ans et/ou avec comorbidités, personnes âgées en EHPAD, personnes de + de 75 ans vivant à domicile, personnes à haut risque de développer une forme grave. 

1 million de personnes prioritaires seront vaccinées. Il s’agit des personnes âgées en EHPAD ou hébergement collectif ou les personnes âgées avec une comorbidité (diabète, par exemple).

À ces personnes prioritaires s’ajoutent dès le lundi 18 janvier une nouvelle vague de citoyens qui seront appelés : les personnes de plus de 75 ans et celles et ceux présentant une pathologie pouvant entraîner des risques graves de mortalité du covid 19 :

  • les personnes atteintes de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie,
  • les personnes atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
  • les transplantés d’organes solides ;
  • les transplantés par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques ;
  • les personnes atteintes de poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
  • les personnes atteintes de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection (liste spécifique établie par le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale et les filières de santé maladies rares) ;
  • les personnes atteintes de trisomie 21.

En parallèle, le gouvernement a ouvert la vaccination aux professionnels de santé de plus de 50 ans présentant des comorbidités :

  • Avoir des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • Avoir un diabète non équilibré ou présentant des complications ;
  • Présenter une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment ;
  • Présenter une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • Être atteint de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • Présenter une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2) ;
  • Être atteint de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  • Présenter un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • Être au troisième trimestre de la grossesse ;
  • Être atteint d’une immunodépression congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ;
    • infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3 ;
    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ;
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement.
  • Être atteint d’une maladie du motoneurone, d’une myasthénie grave, de sclérose en plaques, de la maladie de Parkinson, de paralysie cérébrale, de quadriplégie ou hémiplégie, d’une tumeur maligne primitive cérébrale, d’une maladie cérébelleuse progressive ou d’une maladie rare

LA PRISE DE RENDEZ-VOUS EST POSSIBLE VIA https://www.sante.fr/centres-vaccination-covid.html 

  • De février à avril 2021  : professionnels de santé de – de 50 ans et sans comorbidités, personnes de + de 65 ans résidant à domicile, personnes à risque. 

14 millions de personnes seront vaccinées. Il s’agit du reste du personnel médical, des personnes âgées hors EHPAD et des personnes présentant une pathologie. Les vaccins Moderna, AstraZeneca, CureVac et Janssen s’ajouteront aux premiers.

  • Au printemps 2021  : la vaccination sera ouverte à toutes et à tous, progressivement.