Défibrillateurs : pas d’obligation pour les cabinets libéraux

Les établissements recevant du public (ERP) sont progressivement concernés par l’obligation de détenir un défibrillateur automatisé externe (DAE)[1]. Les ERP dits « de catégorie 5 », qui comprennent notamment les établissements de soins, doivent s’équiper d’un DAE au plus tard le 1er janvier 2022.

Le Conseil national a interrogé à plusieurs reprises la sous-direction veille et sécurité sanitaire de la direction générale de la santé (DGS) afin de connaitre les critères retenus visant à déterminer plus précisément les établissements concernés.

Nous avons ainsi obtenu la confirmation que les structures de soins ambulatoires comme les cabinets médicaux ou paramédicaux ne sont pas concernés par cette obligation d’installation.

Les cabinets de kinésithérapie ne sont donc pas tenus de s’équiper de défibrillateurs. Chaque titulaire d’un cabinet pourra bien sûr tout de même, s’il le souhaite, installer et entretenir ce dispositif qui contribue à sauver des vies partout sur le territoire.

[1] Décret du 19 décembre 2018 relatif aux défibrillateurs automatisés externes pris en application de la loi nº2018-527 du 28 juin 2018