Retour sur l’événement PFUE du 22 mars « Numérique et kinésithérapie : Quelles avancées ? Quels défis ? »

Mardi 22 mars 2022, le Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes a organisé un événement en ligne et en direct, en français et en anglais, sur le thème : « Numérique et kinésithérapie : Quelles avancées ? Quels défis ? ».

Organisé dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, il avait pour objectif de présenter les avantages de l’utilisation du numérique, que ce soit dans le cadre de la formation des professionnels de santé, des avancées déployées suite à la crise sanitaire en France ou en Europe (contact tracing, application Tous Anti COVID, e-CPS, télésoin, etc.), mais également de présenter des innovations développées pour faciliter la pratique de la kinésithérapie grâce à l’utilisation du numérique (objets connectés, casque de réalité virtuelle, exosquelettes, etc.).

Il visait enfin à détailler les initiatives politiques et règlementaires européennes et françaises en cours concernant la numérisation de la santé.

 

L’événement regroupait cinq séquences :

  1. Avancées numériques pour la kinésithérapie mises en lumière par la crise sanitaire
  2. Numérique et formation
  3. Initiatives politiques et règlementaires sur le numérique en santé
  4. Financements européens pour le numérique en santé et les kinésithérapeutes
  5. Présentation d’innovations numériques pour la kinésithérapie dans le traitement des patients

 

Introduction

 

  • Pascale MATHIEU, présidente du Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes, a accueilli l’ensemble des intervenants en soulignant au nom de l’Ordre, son profond soutien à la population et aux kinésithérapeutes ukrainiens.
  • L’événement a débuté par une présentation de PariSanté Campus par son directeur général, le Professeur Antoine TESNIERE, ainsi qu’une explication des actions menées par l’Agence du Numérique en Santé, représentée par son président Jacques LUCAS, illustrant ses propos par les résultats de l’application e-CPS. Les deux intervenants ont présenté les développements numériques comme de véritables solutions et possibilités pour améliorer notre système de santé.

 

Séquence 1 : Avancées numériques pour la kinésithérapie mises en lumière par la crise sanitaire

 

  • La première séquence de l’événement a été introduite par la directrice générale adjointe de World Physiotherapy, Tracy BURY. Elle a ainsi pu présenter des travaux et des études réalisés à l’échelle européenne, mettant en exergue les avancées et les enjeux de l’utilisation du numérique par les kinésithérapeutes : « la pandémie a été une véritable opportunité pour déployer l’usage du numérique dans le soin ».
  • Jean-François DUMAS, secrétaire général du Conseil national de l’ordre des masseurs-kinésithérapeute a ensuite fait le point sur l’utilisation du numérique dans l’exercice de la profession ainsi que sur l’accompagnement proposé par l’ordre dans ces différentes applications.
  • La séquence s’est conclue par l’intervention du président du Conseil des kinésithérapeutes catalans, Ramon AIGUADE, qui a présenté les innovations numériques utilisées par les kinésithérapeutes catalans et espagnols depuis la crise sanitaire, permettant ainsi de préserver la communication avec les patients et de leur fournir des réponses sur-mesure en fonction de leurs besoins.

 

Séquence 2 : Numérique et formation

 

  • La seconde séquence a mis en lumière le numérique au service de la formation : Arnaud CHOPLIN, directeur de l’Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie (IFMK) Niçois, à l’initiative du dispositif de formation pédagogique Kinerium et Nicolas PINSAULT, vice-président du CNOMK, ont présenté des exemples d’utilisation d’outils numériques dans la formation des étudiants en kinésithérapie. Une distinction a été faite entre, d’une part, l’enseignement qui peut recourir à la technologie numérique et d’autre part, l’apprentissage de l’usage du numérique en tant que tel.

 

Séquence 3 : Initiatives politiques et réglementaires sur le numérique en santé

 

  • La troisième séquence a débuté par l’intervention de la Commission européenne, représentée par Ioana-Maria GLIGOR, cheffe d’unité « Santé numérique, réseaux de référence européens » au sein de la direction générale de la santé et de la sécurité alimentaire. Elle a évoqué la future proposition législative de l’espace européen des données de santé.
  • Louisa STÜWE, cheffe de projet au sein de la délégation ministérielle au numérique en santé a mis en perspective les engagements politiques et les actions concrètes promues par la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE) au premier semestre 2022 en insistant sur les 16 principes européens pour l’éthique du numérique en santé portés par la PFUE et adoptés par les Etats membres le 2 février 2022.
  • Par la suite, la directrice générale de l’European Public Health Alliance, Milka SOKOLOVIC, a insisté sur la nécessité d’adopter une approche plus inclusive et citoyenne tout au long du processus d’élaboration et de développement des outils numériques, depuis leur conception jusqu’à leur utilisation.
  • Jean-François DUMAS et Roger-Philippe GACHET, président de la commission éthique et déontologie de l’Ordre, ont alors rappelé les valeurs et principes primordiaux d’éthique et de déontologie.

 

Séquence 4 : Financements européens pour le numérique en santé et les kinésithérapeutes

 

  • La quatrième séquence a été consacrée aux financements européens pour le numérique en santé présentés par Vania ROSAS MAGALLANES, membre du point de contact national (PCN) pour le cluster santé du programme Horizon Europe et aux opportunités pour les kinésithérapeutes de participer à des projets de recherche et d’innovation à l’échelle européenne.

 

Séquence 5 : Présentation d’innovations numériques pour la kinésithérapie dans le traitement des patients

 

  • Enfin, lors de la dernière séquence, plusieurs innovations numériques utilisées dans le traitement de leurs patients par des kinésithérapeutes en France et en Europe ont été présentées : Marin GUY et François RIPOLL, kinésithérapeutes, ont présenté l’application Doado destinée à accompagner et guider les patients dans leur parcours de soin. Une meilleure prévention, un diagnostic approprié et un suivi personnalisé font partie des avantages majeures de cette application.
  • Cette même volonté d’accompagnement du patient a été partagée par les innovations conçues par KineQuantum et la société WEASYO, également présentées lors de la séquence.
  • Charlotte HÄGER, kinésithérapeute et professeure à l’université suédoise d’Umeå en Suède, a ensuite décrit plusieurs initiatives utilisant le numérique dans les soins de kinésithérapie.
  • Patrick FEIEREISEN, attaché à la direction des soins au centre hospitalier de Luxembourg a présenté un projet qui vise à faciliter la capacité d’exercice par la télé-réhabilitation.
  • Cette séquence s’est achevée par l’intervention de Camille VAZIAG, directrice des relations avec les organisations de santé pour Doctolib. Elle a présenté les services mis en place par Doctolib, notamment pendant la crise sanitaire.
  • Pour conclure, Pascale MATHIEU a remercié chaleureusement tous les participants et a insisté sur le fait que « la numérisation de la santé implique des évolutions rapides et des modifications dans la façon d’accueillir, de soigner et d’accompagner les patients au jour le jour ». Elle a également rappelé l’importance de l’éthique et de la déontologie dans le développement de ces avancées numériques.

 

Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’événement, en anglais et en français, en cliquant ici.