Quelques astuces pour bien vivre avec son masque et l’entretenir

2020 aura été l’année où nous avons appris à vivre avec un masque au quotidien, que ce soit au travail ou dans notre vie personnelle. Il nous reste encore quelques questions quant à son port et à son entretien auxquelles nous allons apporter ici quelques réponses.

Comment éviter la buée sur les lunettes ?

La buée sur les verres est un problème que ceux qui portent des lunettes rencontrent fréquemment dès lors qu’ils portent un masque.

Afin d’éviter ce phénomène, quelques conseils :

  • Ajustez votre masque au plus près de votre nez. Plus il est ajusté, moins votre respiration remontera vers vos verres.
  • Placez vos lunettes par-dessus le masque, et non pas en dessous.
  • Vous pouvez également utiliser du sparadrap (dans un matériau respirant afin d’éviter d’irriter votre peau) pour maintenir votre masque en place.

 

Comment adapter un masque chirurgical d’adulte en taille enfant, ou le rendre plus ajusté ?

Dans le tutoriel ci-dessous, une médecin canadienne explique comment ajuster votre masque s’il est trop grand. Cela le rend plus hermétique.

Quelques précisions :

  • Soyez vigilant à l’ étape de repli vers l’intérieur (à 40 secondes),
  • Cette technique ne permet pas d’enlever ponctuellement son masque (pour boire, par exemple),
  • Il est Impossible de remettre le masque à plat pour le réutiliser ensuite.

 

Peut-on laver son masque chirurgical ?

Par soucis écologique et/ou économique, on peut être tenté de laver son masque chirurgical en machine. C’est effectivement une possibilité qui a été testée lors de différentes études. Celles-ci montrent que l’on peut effectuer 10 lavages en machine : on constate une légère perte des capacités de filtration du masque. Toutefois, après ces passages en machine, il reste plus efficace que les masques en tissus à usage non médical.

Cette technique peut donc être intéressante pour réutiliser son masque dans un contexte non médical et lorsque l’on n’est pas au contact de personnes immunodéprimées.

Nous avons demandé son avis au Dr Michaël Rochoy, médecin généraliste et membre du collectif “Du côté de la science” : “Les masques chirurgicaux sont vendus pour être à usage unique… si on décide que pour des raisons écologiques et économiques, ils doivent être testés par le producteur pour avoir 5-10-20 réutilisations possibles. Mais en attendant, aucun d’entre eux ne va s’amuser à payer des tests pour pouvoir moins vendre leur produit ! L’UFC Que Choisir a testé 3 boîtes avec un protocole mais cela ne permet pas d’assurer la qualité des autres masques chirurgicaux. On voit aussi que le lavage augmente assez fortement la respirabilité… donc potentiellement, il diminue la filtration en entrée (même s’ils ne sont pas commercialisés pour ça contrairement aux FFP).”

 

Comment décontaminer son masque chirurgical ?

Si le masque a été peu exposé au virus et si vous n’êtes pas une personne à risque, vous pouvez utiliser la méthode des enveloppes. Après 7 jours, la plupart du virus est inactivé sur un masque chirurgical. Il est donc possible d’acheter 7 masques, de placer le masque dans une enveloppe en papier datée après utilisation, puis de le laisser reposer pendant au moins 7 jours à la chaleur du soleil ou d’un chauffage.

Concrètement :

  • Après usage, il suffit de ranger le masque dans une enveloppe en papier, puis d’attendre une semaine avant de le réutiliser.
  • Ne réutiliser que des masques intacts : ni tache, ni trou, ni déchirure, des élastiques intacts, une barrette de nez correcte.
  • Se laver les mains après avoir rangé le masque.
  • Choisir des enveloppes en papier absorbant plutôt qu’en papier glacé (enveloppes brunes, ou blanches ordinaires).
  • Écrire la date sur l’enveloppe, pour ne pas la reprendre trop vite, et garder une trace du nombre d’utilisation de chaque masque.
  • Les enveloppes peuvent être ré-utilisées : après l’avoir porté, on remet le masque dans la même enveloppe.
  • Faire une pile en plaçant toujours sous la pile l’enveloppe du dernier masque utilisé, et en utilisant les masques décontaminés au dessus de la pile.
  • On peut accélérer la décontamination en exposant les enveloppes et les masques à une température supérieure à 25°C, car plus il fait chaud, plus le virus est tué rapidement. Sur un radiateur ou dans un dossier noir placé au soleil derrière une vitre, si la température atteint 37°C, chaque jour désactive encore 99.9% du virus. Dans un four à 70°C, il suffira d’une heure.

Attention :

  • Dans les cas où vous pensez que votre masque est très contaminé (unité de soins intensifs, conversation avec un malade ou un contact, grand rassemblement, salissure visible), il est préférable de jeter le masque. En effet, si la contamination de départ est massive, les particules virales ne sont peut-être pas toutes inactivées en 7 jours.
  • Dans les cas où votre masque a été mouillé, il faut le faire sécher avec soin, à l’air libre ou dans une enveloppe poreuse (en papier buvard), mais pas sous la pile. En théorie, un masque mouillé peut permettre le développement de germes dangereux pour un porteur immunodéprimé (par exemple un Aspergillus). Après séchage, le masque aura perdu une partie de son pouvoir filtrant, mais il restera plus efficace qu’un masque en tissu.
  • Si vous êtes particulièrement fragile ou immunodéprimé, il est prudent de continuer à jeter vos masques et d’en utiliser un neuf à chaque fois. Le même conseil vaut pour les soignants au contact de ces personnes.
  • Ne partagez pas vos masques avec d’autres. Chacun garde ses microbes pour éviter les contaminations entre personnes !
  • Ne pas stocker le masque au froid : le coronavirus se conserve longtemps à 4°C, et plus encore à -18°C dans le congélateur.
  • Si vous avez le moindre doute, jetez votre masque chirurgical.

 

Comment décontaminer son masque FFP2 ?

La méthode des enveloppes fonctionne aussi avec des masques FFP2, en particulier les becs de canard qu’on peut aplatir dans les enveloppes.

 

Comment décontaminer son masque en tissu ?

Lavez le masque en tissu en machine (de préférence à 60°C) ou à la main avec du savon de Marseille. Il y a peu de risques de contamination car la plupart du virus ne survit pas 2 jours sur du tissu, et la chaleur ou le savon pendant le lavage inactivent le virus (mais pas toutes les lessives). En outre, si le masque a été exposé au coronavirus ou si vous êtes une personne à risque, vous pouvez le repasser au fer à repasser. Si votre masque comporte une partie de type filtre (ex: papier), jetez-la après chaque utilisation.