Gestion des déchets d’activités de soins dans le cadre de l’épidémie de Covid-19

Actualité des kinés.

Le Haut Conseil de la santé publique a actualisé ses recommandations sur la gestion des déchets d’activités de soins (DAS) produits dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, au vu des connaissances scientifiques sur l’infectiosité du virus SARS-CoV-2 et de la situation sanitaire pouvant conduire à une surproduction de déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) et à une tension de la filière.

Ces recommandations s’appliquent aux kinésithérapeutes dans le cadre de leur exercice habituel mais également, avec encore davantage de vigilance et de précaution,  à ceux qui effectuent des tests antigéniques rapides au cabinet.

Qu’est ce qu’un DASRI ?

Les DASRI sont des déchets contenant des micro-organismes viables ou leurs toxines, dont on sait ou dont on a de bonnes raisons de croire qu’en raison de leur nature, de leur quantité ou de leur métabolisme, ils causent la maladie chez l’homme ou chez d’autres organismes vivants.

Même en l’absence de risques infectieux les déchets relevant de l’une des catégories suivantes sont assimilés aux DASRI :

  • Matériels et matériaux piquants, coupants et tranchants
  • Produits sanguins à usage thérapeutique incomplètement utilisés ou arrivés à péremption
  • Déchets issus des activités de thanatopraxie
  • Déchets anatomiques (fragments non aisément identifiables) – à ne pas confondre avec les pièces anatomiques aisément identifiables et objet d’une filière spécifique d’élimination par crémation
  • Certains déchets de laboratoires (milieux de culture, prélèvements…)
  • Tout petit matériel de soins fortement évocateur d’une activité de soins et pouvant avoir un impact psycho-émotionnel (seringue, tube)

 

Les recommandations du HCSP concernant les lieux de soins qui ne disposent pas de la double filière DASRI perforants et non perforants (professionnels de santé en exercice libéral, centres de consultations dédiés Covid-19, domiciles ou lieux d’hébergement de malades) :

  • éliminer les DASRI (déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés) perforants et les déchets biologiques de tests de dépistage Covid-19 dans des emballages homologués et selon la filière DASRI ;
  • éliminer les EPI des soignants, patients et personnels de nettoyage, les protections pour adultes incontinents, le linge à usage unique via les ordures ménagères, dans un double sac après stockage de 24 heures à température ambiante

 

  • RAPPEL : Quels sont les modes de transmission du virus SARS-CoV-2 ?

On distingue principalement :

  • La transmission par contact direct : Une personne peut être infectée par une autre personne porteuse du virus à la suite d’un contact direct avec une partie du corps contaminée (par exemple lors d’embrassades ou de poignées de mains).
  • La transmission aérienne :  Une personne peut être infectée par une autre personne porteuse du virus, le plus souvent à la suite d’une projection directe de gouttelettes orophrayngées sur les muqueuses (bouche, nez, yeux) ou à distance par inhalation d’aérosols. Les aérosols sont des particules en suspension dans l’air dont la vitesse de chute est faible (< 25 cm/s). Ces particules, d’un diamètre de 1 à 10 micromètres, ont pour origine l’émission de fines gouttelettes et l’évaporation des gouttelettes, ou résidus secs, émises par la respiration, la parole, les cris, les chants, la toux ou les éternuements.

Les circonstances dans lesquelles la transmission par aérosols du virus SARS-CoV-2 semble la plus probable sont :

  • les espaces clos où une personne infectée expose des personnes, soit en leur présence, soit très rapidement après qu’elle ait quitté l’espace clos ;
  • une exposition prolongée à des aérosols oropharyngés, souvent générés par un effort respiratoire (par exemple, en criant, chantant, lors d’un exercice physique) qui augmente la concentration des particules virales en suspension dans l’air de l’espace ;
  • une ventilation ou un traitement d’air inadéquat qui ont permis une accumulation de particules virales en suspension dans l’air.

 

  • La transmission par des surfaces contaminées ou « fomite transmission » : Les surfaces peuvent être contaminées par contact direct (poignées de portes, tables, …) avec les personnes porteuses du virus ou par des gouttelettes oropharyngées contenant du virus qui se déposent sur les surfaces ou des objets. Ces dépôts ou fomites peuvent contribuer à contaminer des personnes en cas de contact successif des mains avec la surface contaminée puis en touchant les muqueuses de la face, notamment les yeux.-Les autres modes de transmission L’ARN du virus SARS-CoV-2 a été détecté dans les selles et exceptionnellement dans les urines, parfois à distance de la période symptomatique. En revanche, le caractère infectieux et cliniquement transmissible du virus présent à partir de ces échantillons biologiques est très peu documenté. De même, de l’ARN du virus SARS-CoV-2 a été mis en évidence dans le sang, notamment dans certaines formes sévères mais aussi chez des sujets asymptomatiques comme les donneurs de sang. Néanmoins, de telles observations restent très fragmentaires et l’infectiosité des virus identifiés dans ce compartiment biologique n’a pu être démontrée par leur mise en culture.

Que sait t-on de l’évolution de l’infectiosité du virus SARS-CoV-2 sur les surfaces ?

Du virus infectieux en culture cellulaire ou plus souvent la présence de traces d’ARN viral, a pu être détecté sur des surfaces pendant des périodes allant de plusieurs heures à quelques jours selon les conditions atmosphériques (notamment la température mais aussi les rayons UV, le vent et l’hygrométrie), le type de surfaces et la charge virale environnementale.

La persistance du SARS-CoV-2 infectieux, détecté par culture cellulaire, sur les matières textiles a été peu étudiée.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique qu’il est très difficile d’estimer de manière précise la persistance du virus actif et infectieux sur les textiles, qui pourrait varier de quelques heures à quelques jours, selon le type de tissu et la matière. En effet, les matériaux poreux (coton, viscose, polyester, …) et non traités hydrofuges favorisent la pénétration des gouttelettes au sein des fibres textiles, leur assèchement et la persistance des particules virales.

À voir aussi

Actualité des kinés.

Les kinés peuvent désormais effectuer des tests antigéniques rapides

Article initialement publié le 4 décembre 2020, mis à jour le 29 décembre 2020. En vertu de...

Lire la suite
Actualité des kinés.

SI-DEP, mode d’emploi

Le diagnostic précoce des nouveaux cas de COVID-19 et la rupture des chaînes de contamination...

Lire la suite