La HAS vient de publier des bonnes pratiques concernant le télésoin. Que faut-il en retenir ?

Actualité des kinés.

Depuis le 3 juin 2021, le télésoin est autorisé pour les masseurs-kinésithérapeutes Le télésoin contribue à la continuité des soins, facilite l’accès aux soins et permet d’éviter des déplacements. Afin d’accompagner les professionnels dans la mise en œuvre, la HAS a publié des bonnes pratiques, complétant ses travaux sur la télésanté. 

L’essentiel 

  • Aucune situation n’est, a priori, exclue : tout patient peut bénéficier du télésoin. Pensez à vérifier l’éligibilité du patient et la pertinence d’une prise en charge à distance plutôt qu’en présentiel 
  • Le recours au télésoin relève d’une décision partagée entre le patient et vous. Une attention particulière est portée à la qualité de la communication
  • La protection et la sécurité des données sont garanties

Le télésoin relève des mêmes exigences que le soin en présentiel : vous devez veiller au respect des règles de l’exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute, de ses bonnes pratiques et de la confidentialité des données médicales.

Quand recourir au télésoin ?

Le recours au télésoin relève d’une décision partagée entre le patient et vous.

Tout patient peut bénéficier d’un télésoin, mais une rencontre physique reste nécessaire dans certains cas :

  • la situation clinique du patient exige un geste thérapeutique spécifique ou un équipement particulier,
  • le patient n’est pas en capacité de communiquer à distance ou d’utiliser les outils technologiques utiles au télésoin,
  • les données médicales et administratives du patient nécessaires à la bonne réalisation du soin et à une prise en charge ultérieure ne sont pas accessibles…

Les facteurs physiques, psychologiques, socio-professionnels et familiaux seront également pris en compte pour juger de la pertinence d’un télésoin. Dans le cas où le patient n’est pas éligible au télésoin, veillez à proposer une alternative adaptée à sa situation (soin en présentiel, déplacement à domicile, réorientation vers un autre professionnel…).

Afin d’établir la relation patient-soignant, le premier soin aura lieu autant que possible en présentiel. Notez que vous pouvez combiner soins en présentiel et télésoin, en particulier sur le long terme par exemple : en présentiel pour initier un suivi, montrer des exercices à faire et effectuer des modifications en présentiel et assurer un suivi régulier de la rééducation à distance. En revanche, une prise en charge exclusivement en télésoin n’est pas recommandée.

Quels sont les prérequis à l’organisation d’un télésoin ?

Vous devez disposer d’une connexion internet haut débit, d’un ordinateur équipé d’une webcam pour la vidéotransmission et d’outils numériques. Le ministère des Solidarités et de la Santé tient à jour une liste : logiciels, plateformes, accès web, applications… utilisables en télésanté. Le niveau de sécurité garanti et les fonctionnalités proposées sont spécifiés pour chaque outil (vidéotransmission, partage de documents, planification de rendez-vous, facturation…).

Enfin, il est conseillé de prévoir des plages dédiées au télésoin dans l’organisation de votre activité, de vous former et d’évaluer votre pratique à distance : vous pouvez par exemple soumettre à votre patient un questionnaire de satisfaction à l’issue d’un soin.

L’importance du consentement du patient

En amont, il est crucial d’informer le patient sur les modalités pratiques de l’acte de soin, les alternatives, la possibilité d’être accompagné, la confidentialité des échanges, le traitement, la protection et la sécurité des données, le coût et le reste à charge. Une notice d’information peut lui être remise.

ll est ensuite indispensable de recueillir, à l’oral ou à l’écrit, le consentement du patient ou de son représentant légal concernant l’acte de soin et ses modalités de réalisation à distance. Le recueil du consentement libre et éclairé est tracé dans le dossier du patient, qui reste en droit de refuser une prise en charge en télésoin.

Le télésoin en pratique

Comment se déroule un télésoin ?

Le télésoin est réalisé par vidéotransmission, qui permet une identification et une communication plus facile qu’une communication téléphonique.

Le patient peut se faire accompagner par un professionnel de santé, un proche, un aidant ou un interprète pour faciliter le soin à distance ou lever les barrières technologiques. En pédiatrie, la présence d’un parent ou d’un adulte majeur est indispensable.

Pour réaliser un télésoin dans de bonnes conditions, votre environnement physique et celui du patient est essentiel. L’un comme l’autre, vous choisirez un lieu calme, lumineux, respectant la confidentialité des échanges et adapté aux éventuels exercices ou examens prévus. Veillez également à ne pas être dérangés au cours de la consultation.

Comment vérifier l’identité du patient ?

L’identification du patient est fondamentale afin de vous assurer de son identité et que les données de santé soient référencées dans le bon dossier. Vous vérifierez notamment son nom de naissance, ses prénoms, son sexe, sa date et son lieu de naissance.

Pensez également à prendre connaissance de la localisation exacte du patient au moment du soin et de son numéro de téléphone pour le recontacter si la connexion est interrompue ou organiser la suite de sa prise en charge.

De votre côté, vous devez aussi vous authentifier. Différents dispositifs d’authentification existent (mots de passe, cartes à puce…) et il est nécessaire d’en combiner au moins deux pour plus de sécurité.

Comment communiquer à distance avec le patient ?

La qualité du son et de l’image est primordiale. Parlez suffisamment fort et assurez-vous que le patient vous entende bien, et réciproquement. La luminosité doit aussi être adaptée. Tenez-vous à une distance adéquate de la caméra, évitez de tourner le dos au patient ou de sortir du cadre pour être bien vu et ne pas rompre le lien.

Afin d’optimiser les échanges avec le patient et ses accompagnateurs, il est important de leur apporter toute votre attention, de favoriser leur expression et de vérifier la compréhension de vos propos. Et réciproquement, le patient doit adopter une posture adaptée, comme lors d’un soin en présentiel : respect mutuel et bienveillance sont de rigueur.

Comment se termine un télésoin ?

Comme lors d’un soin en présentiel, vous informerez le patient de sa situation, de ses éventuelles prescriptions et de la suite de sa prise en charge.

Vous enregistrerez ensuite un compte rendu de la séance dans votre propre dossier patient et s’il existe, dans le dossier médical partagé (DMP) du patient. Ce compte rendu mentionne la date et l’heure du soin, les actes réalisés, les prescriptions effectuées, l’identité des professionnels de santé participant à l’acte et les incidents techniques survenus (interruption de la connexion ou du soin…). Il n’est pas nécessaire d’en établir un à chaque séance si les soins sont réalisés en série par le même professionnel.

Le compte rendu et les éventuelles prescriptions sont transmis au patient de manière sécurisée et dans un délai préalablement défini.

Comment informer les autres professionnels impliqués dans le parcours de santé du patient ?

Le télésoin s’inscrit dans le parcours de santé du patient, coordonné par le médecin traitant. Le compte rendu est transmis de manière sécurisée au médecin traitant et aux autres professionnels de santé désignés par le patient et impliqués dans sa prise en charge pour faciliter la coordination

À voir aussi

Actualité des kinés.

Le télésoin pérennisé pour les kinésithérapeutes

Un décret publié le 4 juin 2021 entérine définitivement la possibilité de recourir au...

Lire la suite
Actualité des kinés.

Télésoin, cotation des tests PCR, rémunération de la vaccination par les kinés : brèves de juin

Le 1er juin 2021 sont parus au JORF, différents textes concernant l’exercice des...

Lire la suite
Actualité des patients

Ce que peut le télésoin pour les patients en kinésithérapie

Instauré pendant le confinement, le télésoin en kinésithérapie a séduit et convaincu...

Lire la suite